Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Encyclopédie de la Vie Pratique

Notions usuelles de politesse (3)

1 Novembre 2012, 17:37pm

Publié par Comtesse de Gencé

Notions usuelles de politesse (3)

Les indices de la bonne éducation

Lorsque les gens sont polis, on s'en aperçoit sur le champ, car la politesse, au sens le plus large du mot, est une sorte de raffinement de tous les actes de la vie en commun, et tel que celui qui le possède ne semble pas vivre sous la même latitude que celui chez qui elle n'apparait pas.

Indépendamment des gestes conventionnels édictés pour exprimer la politesse , il existe, dans toutes les attitudes qu'affectent les gens entre eux, et dans les moindres détails matériels de leurs relations, un carctère distinctif par où l'on découvre, sur le champ, s'ils sont bien élevés ou non.

Le ton, l'accent plus ou moins mesurés, les gestes plus ou moins sobres, les jeux de physionomie plus ou moins surveillés et reflétant plus ou moins le désir de plaire , enfin toute l'attitude renseignent, à coup sùr, sur le degré d'éducation et de politesse des gens.

Nous verrons, du reste, dans les paragraphes qui vont suivre, quelles sont les attitudes et les manières qui conviennent à la bonne société.

On peut dire déjà que l'homme bien élevé ne se fat jamais remarquer par des manifestations bruyantes ni mouvementées de sa présence. Il n'a pas d'éclats de voix, son geste ne s'étend pas au delà de cinquante centimètres de sa personne. Il ne lève pas les bras, ne trépigne pas, ne s'étale pas. Ses émotions sont contenues et, lorsqu'il parle, c'est toujours posément , avec un commencement de sourire, à moins qu'il ne s'entretienne de choses très sérieuses, auquel cas il le fait sans solennité.

Le sourire est à la fois l'attrait le plus précieux et l'arme la plus sûre des gens bien élevés. La femme doit avoir toujours la physionomie souriante. On ne conçoit pas une jeune fille sans son sourire. Quant à l'homme, dont la vie est chargée de plus de préoccupations, il doit néanmoins, avoir l'accueil souriant, c'est-à-dire cette affabilité de la physionomie, cette lueur spéciale du regard et ce dessein mobile des lèvres qui font pressentir de l'agrément à sa société, de la bonhomie dans sa parole et aussi de l'intelligence dans ses propos.

Commenter cet article